Rechercher
  • Degrancey Capital

Decryptage: Nakano Refrigerators, un investissement "Small Cap" au Japon.

Mis à jour : 14 févr. 2018

#valueinvesting #deepvalue #degranceycapital #investissementbourse #stockpicking #smallcap #japanstock #gestionpatrimoine


Résumé de l'opération :

Le 14 août 2017, pour notre propre capital, nous avons acquis 1.300 actions de Nakano Rerigerators (TYO:6411, ISIN: JP3644000006) à un prix moyen de 3.465 JPY par action, pour environ 2,6 % de notre portefeuille.
Le 9 février 2018, 6 mois plus tard, nous avons vendu nos actions à 4.500 JPY, avec une plus-value de +29,9% en JPY.

Les performances passées ne présagent pas des performances futures

L’investissement en bourse implique un risque de perte en capital.




Explication de notre investissement


Nakano Refrigerators vend des vitrines réfrigérantes aux distributeurs. C'est un business cyclique, dépendant des remplacements des anciennes vitrines. S’il est a priori peu attractif, il possède néanmoins des caractéristiques économiques intéressantes.


Ainsi, l'immense majorité des actifs de ce business est très liquide, la totalité est tangible, et l'entreprise gagne de l'argent sans mobiliser de capital (elle est intégralement financée par ses passifs courants).


Il était donc surprenant, en août 2017, de voir ce business coter substantiellement en-dessous de son actif net de dettes, d’autant plus qu’il est établi depuis longtemps (l'entreprise existe depuis 1917). C’est à nos yeux un bon business qui aurait dû selon nous coter avec une prime sur son actif net.


La seule difficulté avec cette activité, c'est qu'elle est totalement imprévisible. Pour autant, nous estimions que ce n’était pas un problème pour nous si elle permettait de bons retours sur investissements dans la durée. Or, sur les 5 derniers exercices par exemple, son actif net par action avait plus que doublé, ce qui était tout à fait intéressant.


Les risques principaux de cet investissement que nous avons identifiés au moment de notre investissement étaient les suivants :


  • Une perte de valeur sur les placements : des businesses japonais avaient à une époque souscrit des contrats dérivés spéculatifs. Cette époque est normalement révolue. Toutefois, il est possible que des titres de dettes puissent être dépréciés (par exemple si des doutes sur la solvabilité de l'Etat japonais ou de certaines entreprises apparaissaient : rappelons que le Japon est un des pays les plus endettés au monde).

  • Un imprévu dans l'activité, qui deviendrait déficitaire de manière récurrente. Cela engendrerait notamment la nécessité de combler un trou de BFR en plus de réduire l'actif net par action.

  • Une forte dépréciation du Yen par rapport à nos devises de référence (EUR ou USD).

  • Nakano est une obscure small-cap japonaise et pourrait ne jamais être reconnue à sa juste valeur.

  • L'allocation de capital est sans doute une des meilleures au Japon, mais elle reste perfectible.

191 vues0 commentaire